Dernière mise à jour du site le 1er janvier 2019 (dans la liste à gauche, les départements en noir, sont ceux 'vides' de lavoir)...

1 528 lavoirs, 80 départements et 19 Pays (France comprise)

sont maintenant présents sur ce site

Depuis le 1er septembre de cette année, 303 nouveaux lavoirs sont venus prendre leur place sur ce site. Deux nouveaux départements, le Cher et les Ardennes, sont 'approvisionnés' ainsi qu'un nouveau pays, le Luxembourg, fait son entrée. Cette moisson extraordinaire pour un petit site comme le mien est dû à des contributeurs exceptionnels. L'un, Jean-Marc, m'a déjà envoyé 201 lavoirs et m'en a promis plus de 500 d'ici le printemps. Je n'ai pas fini de bosser...

Pensez, le Cher jusqu'à présent 'vide' de lavoirs en possède maintenant 130 !!! Ce qui en fait le deuxième département de mon site après le Vaucluse (150). Il y a aussi Daniel qui continue son recensement des lavoirs de la Charente, et Sylvie qui attaque ceux de l'Yonne. A eux trois, ils représentent 281 lavoirs sur les 303 ajoutés au site. Merci aussi aux 'petits' contributeurs réguliers qui m'envoient leur 'moisson' au fur et à mesure qu'il trouve des lavoirs sur leur parcours de promenade ou autres...

Emplacements des 303 nouveaux lavoirs dans mon site :

· 2 de plus dans L'Ain : à Les Burlandiers et Nantua ;

· 24 de plus dans l'Aisne : à Belleau, Beuvardes, Brasles, Charteve, Chassins, 3 à Château-Thierry, Chezy-sur-Marne, Coulonge-Cohan, Courcelles, Essises, 4 à Essomes-sur-Marne, Etampes-sur-Marne, Etrepilly, La Chapelle-Monthodon, Montfaucon, Montlevon, Mont-Saint-Père, Oulchy-le-Château et Verdilly ;

· 22 de plus dans l'Allier : à Chareil-Cintrat, 2 à Charroux, Chatillon, Chazeuil, Cosne-d'Allier, 2 à Couleuvre, Cressanges, 2 à Dompierre-sur-Besbre, La Banette, Le Veudre, Louchy-Montfand, Meaulnes, Monetay-sur-Allier, 2 à Saint-Menoux-le-Goûter, Saint-Plaisir, Saint-Priest, Saulcet et Thiel-sur-Alcolin ;

· 2 de plus dans les Hautes-Alpes : à Briançon et Savines-le-Lac dont la photo date de 1955 ;

· 1 de plus dans les Alpes-Maritimes : à Antibes ;

· 1 de plus dans l'Ardèche : à Saint-Jean-le-Centenier ;

· Enfin un premier lavoir dans les Ardennes : à Auge ;

· 2 de plus dans l'Aveyron : à Conques et Najac ;

· 1 de plus dans les Bouches-du-Rhône : un de plus à Allauch ;

· 1 de plus dans le Cantal : à Vieillespesse

· 7 de plus dans en Charente : 2 à Moulidars, Mouthiers, 2 à Nanclars et 2 à Nanteuil-en-Vallée ;

· 1 de plus dans en Charente-Maritime : à Saint-Césaire ;

· 130 lavoirs dans le Cher qui n'en avait pas un !!!

· 2 de plus en Corrèze : Aubazines et Saint-Julien-Maumont ;

· 2 de plus en Gironde : tous les deux à Puissegain ;

· 2 de plus dans les Landes : Moliets-et-Maà et Vieux-Boucau-les-Bains ;

· 1 de plus dans le Lot-et-Garonne : à Gavaudun ;

· 2 de plus dans le Morbihan : à Plouharnel et Quiberon ;

· 17 de plus dans la Nièvre : à Balleray, 12 à Clameçy, Eugnes, Grand-Soury, Gué-d'Heuillon et Satinges ;

· 5 de plus dans le Puy-de-Dôme : à Avèze, un troisième à Aydat, Gouttières, l'Écluse, Sainte-Christine et Saint-Gervais-d'Auvergne ;

· 2 de plus dans les Hautes-Pyrénées : Arcizans-Avant et Vier-Bordes ;

· 1 de plus dans les Pyrénées-Orientales : à Baho ;

· 2 de plus dans les Deux-Sèvres : tous les deux à Frontenay-Rohan ;

· 4 de plus dans le Var : un de plus à Bauduen, 2 à Carnoules et un de plus à Saint-Maximin, j'ai aussi retiré le lavoir de Gréoux-les-Bains de ce département car ce village se trouve dans les Alpes-de-Haute-Provence ;

· 2 de plus dans le Vaucluse : un deuxième à Beaumont-du-Ventoux avec le changement de la première photo, et un de plus à Cabrière-d'Aigues ;

· 62 lavoirs de plus dans l'Yonne (le détail serait fastidieux) ;

· 3 de plus dans les lavoirs du Monde, un au Luxembourg (nouveau pays) à Alzette, un de plus en Espagne à San-Andrès-de-Teixido et celui de Gruyère en Suisse ;

· Et, pour finir, 1 de plus dans nos crèches, celui artificiel fait pour la circonstance au Puy-du-Fou.

Encore une fois, je remercie tous ceux qui m'envoient leurs photos, juste pour le plaisir de participer à cette formidable œuvre mondiale de recensement de nos lavoirs. Maintenant que les 1 500 sont dépassés, soyons fous et tentons les 2 000 d'ici la fin de l'année...

Guy

Écoutez-les chanter ces jolies lavandières au cœur léger…

Entendez-les ‘rouméguer’* ces dames que rien ne saurait étouffer…

Regardez-les sécher sur l’herbe verte nos vêtements forcément usés...

Contemplez-les avec ravissement tous ces lavoirs du temps passé…

La plupart des lavoirs qui parsèment nos villes et nos villages sont de construction tout au plus centenaire. Ces espaces dédiés à la ‘bugade’** sont nés avec le XXème siècle et, dès son milieu, se sont retrouvés techniquement dépassés…

Pourtant, source de progrès hygiénique indéniable, ils ont permis une petite révolution. Avant, ce n’était qu’au château, chez les nobles et chez quelques très riches bourgeois que l’on faisait laver le linge dans des bassins privés. La majorité de la population avait à peine de quoi manger et, de ce fait, tous les autres soucis passaient au second degré.

Le progrès industriel aidant, les mœurs évoluant, petit à petit l’achat et donc l’entretien du linge devint un problème. L’eau au robinet n’étant pas encore inventée, il fallut dédier des endroits à cette unique possibilité, les lavoirs étaient nés…

Dans les petites villes ou villages installés dans les plaines, ils ont été construits avec les matériaux du pays sur les berges des rivières ou ruisseaux. Dans les grandes villes bâties sur les fleuves, c’est dans des bateaux prévus pour cette seule fin que nos ancêtres tapaient du battoir. En montagne, généreuse quant à ses sources, ils étaient légion et avaient souvent la double fonction d’abreuvoir-lavoir…

Parler des lavoirs sans mentionner les lavandières serait une hérésie !!! Ces grandes travailleuses, dures à la tâche comme toujours quand un travail est spécifiquement féminin, étaient surtout des mères de familles souvent nombreuses. Quelques-unes avaient fait profession du métier et se louaient aux ‘riches’ qui pouvaient se permettre de ne pas se mouiller les mains. Ces femmes aux biceps durcis par les coups de battoirs, aux mains percluses de rhumatismes, aux doigts perlés de bulles de savon c'étaient nos arrières grands-mères, nos grands-mères, nos aïeules. Mais, comme toujours dans ces cas-là, rassembler dans un endroit ‘discret’ plus de trois bazarettes aux mœurs rudes et au langage châtié ne pouvait que se terminer en ‘radio village’ même si ce terme futuriste n’était pas encore inventé… Étaient passées en revue toutes les bonnes ou mauvaises nouvelles de la contrée, les secrets les mieux gardés se muaient en racontars plus ou moins trafiqués, les tendances vestimentaires épluchées, les couples illégitimes forcément éventés, les fiançailles cancanées et les mariages pas encore en projet…inventés !!! Parfois, c’est entre elles que se fabriquaient des rancœurs qui se terminaient quelques fois en pugilats au grand bonheur des gazettes locales et de leurs lecteurs réjouis… Mais aussi, mélange d’âge oblige, se transmettaient des recettes culinaires compliquées, des conseils ménagers réputés, des remèdes locaux miraculeux, des astuces antitaches nécessaires et…des cours d'éducation sexuelle indispensables !!!

Passées les peurs de la deuxième guerre mondiale, la fée électricité éclairant maintenant nos campagnes, l'eau courante s'exhibant sans peine en tournant un simple robinet, la modernisation pénétrant chaque domicile avec son corollaire d'inventions industrielles, la machine à laver est arrivée au foyer… Au début, dans les années 60, j'étais même un 'livreur' de machine à laver que mon père louait à la journée. Chaque jour, à 11h30, après l'école, je charriais une petite machine très rustique, avec une essoreuse manuelle, vers sa 'locataire' journalière. Et le soir, l'école finie, je repartais récupérer le bien paternel avec ma remorque adaptée. Au début, deux machines étaient en service simultanément, mais petit à petit, leur utilisation 'banalisée' périclita et elles finirent toutes deux épuisées de fatigue dans une décharge adaptée.

Maintenant, nos lavandières ont disparu mais les cancans se poursuivent encore dans les cours de gym absolument indispensables à nos dames dans chaque village. Les bateaux-lavoirs ont coulé, nos lavoirs sont devenus de belles constructions inutiles, souvent les bassins sont vides ou se garnissent d'une eau couleur bleu-vert pas toujours du plus bel effet…

Ne les ignorez pas, bien au contraire, regardez-les d'un œil admiratif et écoutez-les soigneusement, ils résonnent encore de secrets de beauté…

Guy

* Rouméguer : verbe provençal signifiant rouspéter, ruminer.

** Bugade : nom provençal signifiant faire la lessive, temps de la lessive.

Par facilité j'ai classé ces lavoirs par département. Sauf, bien sûr, ceux de mon village, ceux du village de Longué-Jumelles (le village du Maine et Loire aux 21 lavoirs) et j'ai réservé une page aux outils indispensables…

Quand cela n'est pas précisé, les photos sont de ma collection personnelle….

Préambule...

Accéder à la page suivante : Lavoirs de Barbentane (13)

Je suis 'preneur' de vos photos de lavoir dans un format natif (non compressé),

en précisant bien l'emplacement du lavoir, l'année et l'auteur de la photo.

Vous pouvez m'écrire à cette adresse mél : masdelagramillere@free.fr

Livres de ma collection sur les lavoirs

Provence des Lavoirs, édité par Équinoxe en 1999, ce livre de Dominique Berhout aux magnifiques aquarelles de Bernard Caramante recense une quarantaine de lavoirs en Provence et en Drôme Provençale...

Patrimoine et Mémoire des Lavoirs Landais (40), édité par le Conseil Général des Landes en 2007. Fait par des retraités, une nomenclature complète des lavoirs dans ce département...

Lavoirs de Haute-Saône (71), édition La Taillanderie en 2001, prix 8 euros. Au-delà des photos de superbes lavoirs, dont certains mériteraient de figurer dans le patrimoine de l'Égypte antique, je me suis régalé à sa lecture. J'étais tout content d'apprendre que dans ce département, qui ne passe pas pour avoir des habitants aux mœurs excessives, certaines municipalités ont été obligées de recourir à des arrêtés municipaux pour que les lavandières ne consacrent leur battoir qu'à battre le linge et non à s’en servir comme arme en vue de régler des différends, pas toujours professionnels, d'une façon brutale et expéditive...

Introduction

Barbentane

La ville des lavoirs

Les indispensables

La modernisation

La construction d’un lavoir en 1864

Lavandières et Lavandiers

Départements et Pays

01 - Ain

02 - Aisne

03 - Allier

04 - Alpes-de-Haute-Provence

05 - Hautes-Alpes

06 - Alpes-Maritimes

07 - Ardèche

08 - Ardennes

09 - Ariège

10 - Aube

11 - Aude

12 - Aveyron

13 - Bouches-du-Rhône

14 - Calvados

15 - Cantal

16 - Charente

17 - Charente-Maritime

18 - Cher

19 - Corrèze

20 - Corse

21 - Côte-d’Or

22 - Côtes-d’Armor

23 - Creuse

24 - Dordogne

25 - Doubs

26 - Drôme

27 - Eure

28 - Eure-et-Loir

29 - Finistère

30 - Gard

31 - Haute-Garonne

32 - Gers

33 - Gironde

34 - Hérault

35 - Ille-et-Vilaine

36 - Indre

37 - Indre-et-Loire

38 - Isère

39 - Jura

40 - Landes

41 - Loir-et-Cher

42 - Loire

43 - Haute-Loire

44 - Loire-Atlantique

45 - Loiret

46 - Lot

47 - Lot-et-Garonne

48 - Lozère

49 - Maine-et-Loire

50 - Manche

51 - Marne

52 - Haute-Marne

53 - Mayenne

54 - Meurthe-et-Moselle

55 - Meuse

56 - Morbihan

57 - Moselle

58 - Nièvre

59 - Nord

60 - Oise

61 - Orne

62 - Pas-de-Calais

63 - Puy-de-Dôme

64 - Pyrénées-Atlantiques

65 - Hautes-Pyrénées

66 - Pyrénées-Orientales

67 - Bas-Rhin

68 - Haut-Rhin

69 - Rhône

70 - Haute-Saône

71 - Saône-et-Loire

72 - Sarthe

73 - Savoie

74 - Haute-Savoie

75 - Seine ou Paris

76 - Seine-Maritime

77 - Seine-et-Marne

78 - Yvelines

79 - Deux-Sèvres

80 - Somme

81 - Tarn

82 - Tarn-et-Garonne

83 - Var

84 - Vaucluse

85 - Vendée

86 - Vienne

87 - Haute-Vienne

88 - Vosges

89 - Yonne

90 - Territoire-de-Belfort

91 - Essonne

92 - Hauts-de-Seine

93 - Seine-Saint-Denis

94 - Val-de-Marne

95 - Val-d’Oise

Lavoirs du Monde

Autres lavoirs